Certains sites Internet associent  zapper et maladies graves.
Ce n'est pas notre rôle de faire de telles affirmations.  La maladie
ne nous intéresse pas.  Nous la laissons aux experts des états
maladifs

Nous sommes seulement intéressés à nous sentir mieux, ce qui
est hautement subjectif, et à nous débarrasser d'autant d'intrus
mal venus qui siphonnent nos ressources premières que
possible.  Ces intrus, qui vivent à nos dépens, nous les désignons
sous le nom générique de "parasites". 

Nous expérimentons sur nous l'influence du zapper sur ces
parasites, sur une base hypothétique et empirique, qui n'a rien à
voir avec la médecine ou la démarche scientifique.
Exonération de responsabilité                            

Les principes exposés ici le sont à titre d’hypothèses et de théories n’ayant aucun fondement médical
ou scientifique reconnu officiellement.

Santé Canada (Canada) et la Food and Drugs Administration (USA) n’ont pas effectué de recherche
officielle sur la technologie décrite ou sur les appareils dont il est question dans ce site.  Ils ne
peuvent donc émettre une quelconque garantie quant à leur efficacité ou leur sécurité.

Cette technologie et ces appareils ne sont pas exposés ou vendus pour diagnostiquer, traiter, guérir
ou prévenir une maladie. 

Si la maladie est en cause, S.V.P., consulter un expert dûment licencié dans ce domaine :
Votre médecin (M.D.) Traitant.


  Albert Abrams  

    1864 - 1924

Traduction libre et abrégée d’un article publié à  http://www.royalrife.com/radionics.html

Ce qui suit est un extrait d'un document beaucoup plus long trouvé à :
http://www.svpvril.com/Abrahm.html  L'article original vaut une lecture complète

Albert Abrams, un des pionniers de la médecine électronique, est né en 1864. 
Il est gradué comme docteur M.D. à l’Université de Heidelberg, en 1882. 
Pendant 5 ans il fut professeur de pathologie au Cooper Medical College, à St Francisco. 

Il débuta ses recherches dans le domaine électronique vers 1910, et vers 1916, il était capable de détecter
par percussion sur l’abdomen d’un patient, avec l’aide d’un “rélexophone”, sorte de stéthoscope électronique,
la présence d’organes malades. 

Sa théorie était basée sur la signature énergétique propre à chaque élément, à chaque microbe, à chaque
organe.  Son appareil détectait ainsi la présence d’éléments pathogènes, et par la suite, leur éradication en
utilisant ces mêmes fréquences. 
Imaginez un “ générateur / écouteur ”  de fréquence, capable de détecter la présence d’une coupe à vin de
cristal, grâce à sa signature en fréquence, et capable ensuite de la détruire en la faisant vibrer avec cette
même fréquence (Et ce, sans déranger les autres objets environnants).  Cet appareil, du nom de
AUTOCLAST, était réputé de guérir des maladies incurables comme le cancer, la tuberculose, le diabète, la
syphilis, et bien d’autres.

Les références données par plusieurs de ses confrères, autant aux États Unis qu’en Europe, sont élogieuses
quant à la simplicité et à l’efficacité de sa méthode, la “ Electronic Reactions of Abrams ”, ou ERA.  Albert
Abrams est considéré aujourd’hui comme le père de la Radionique par plusieurs.

Voici un extrait d’un article trouvé sur Internet à : http://www.mieux-etre.org  sous le titre de Bio-
Communication Instrumentale (BCI)

Les “proportions” du Dr Abrams

Il (Abrams) envisage alors la possibilité de mesurer cette “énergie de la maladie”. Il interpose un système de
“résistances variables” entre les cellules malades (ou un “témoin biologique” du patient malade) et le patient
sain sur lequel il pratique ses tests de percussion. Les cellules “malades” se trouvent sur un plateau en
aluminium relié au patient sain (patient-test) par un conducteur électrique. La variation des potentiomètres
jusqu’à ce que le signal soit perçu sur le patient-test lui permet d’établir une mesure de la vibration émise par
les cellules malades. De la même façon, il “mesurera ” les remèdes qui permettent le retour à l’équilibre.

C'est le début de “la Radionique Instrumentale du docteur Abrams”, même si ce nom ne lui sera donné que
par Ruth Drown, qui se passionna pour les travaux d’Abrams, et les développa considérablement, après avoir
travaillé chez un de ses élèves, le docteur Strong, à Los Angeles.

Le docteur Abrams, et bien d'autres à sa suite (dont Ruth Drown), calculent un grand nombre de “longueurs
d'onde”, ou “proportions” (Rates, en anglais) , ou “taux vibratoires ”. Ces “rates” concernent aussi bien les
“maladies”, que les tissus sains, les hormones, les émotions et les “médicaments”... Il en existe actuellement
plus de 20 000 !

“La vibration ..., aussi subtile soit-elle, se comporte comme un stimulus, capable donc de déclencher un
réflexe viscéral. ... le réflexe viscéral permet de mesurer la vibration et de la traduire par une série de
chiffres. C'est cette série de chiffres que la radionique [instrumentale] appelle rates.” (Pierre Tur,
Naturopathe-Energéticien, enseignant en Bio-Communication Instrumentale).

Ce que nous pouvons dire des recherches du docteur Abrams, c’est qu’elles étaient en avance sur la science
de son époque, tant sur le plan théorique que sur celui de la pratique. En effet, la physique quantique n’en
était qu’à ses balbutiements et l’électronique ne connaissait guère que les lampes et des potentiomètres
d’une précision limitée. Les travaux de George De La Warr, mais aussi ceux de nombreux autres chercheurs
et praticiens tels Malcom Rae et David Tansley ou, plus près de nous, Yvon Combe, ont permis à la
technique d’évoluer d’une manière considérable et à la théorie de se peaufiner pour parvenir aujourd’hui à
une cohérence tout à fait passionnante. Et cela même si aucun praticien sérieux n’envisage la “radionique
instrumentale du docteur Abrams” (ou Magnéto-Géométrie ou Bio-Communication Instrumentale) comme le
moyen ultime de diagnostic ni, en conséquence, comme une panacée dans le traitement des maladies.

N’oublions pas également que bien des parallèles dans la recherche en matière d’électromagnétisme ont
permis, à partir des intuitions d’Abrams, à de nombreux chercheurs et techniciens d’améliorer notre
connaissance des phénomènes en cause et la pratique de techniques qui pour être différentes les unes des
autres n’en relèvent pas moins du même domaine de réflexion.

Note : Au tournant du 20° siècle, le Dr Albert Abrams, est surnommé le "Doyen des charlatans du 20ème
siècle" par l'Association Médicale Américaine, car il postulait que chaque organe et chaque patient était
"réglé" sur une longueur d'onde électromagnétique particulière.

Note : Au tournant du 20° siècle,
le Dr Albert Abrams, est
surnommé le "Doyen des
charlatans du 20ème siècle" par
l'Association Médicale Américaine,
car il postulait que chaque organe
et chaque patient était "réglé" sur
une longueur d'onde
électromagnétique particulière.
 
Zapperwise
L'électronique appliquée au mieux être