Certains sites Internet associent  zapper et maladies graves.
Ce n'est pas notre rôle de faire de telles affirmations.  La maladie
ne nous intéresse pas.  Nous la laissons aux experts des états
maladifs

Nous sommes seulement intéressés à nous sentir mieux, ce qui
est hautement subjectif, et à nous débarrasser d'autant d'intrus
mal venus qui siphonnent nos ressources premières que
possible.  Ces intrus, qui vivent à nos dépens, nous les désignons
sous le nom générique de "parasites". 

Nous expérimentons sur nous l'influence du zapper sur ces
parasites, sur une base hypothétique et empirique, qui n'a rien à
voir avec la médecine ou la démarche scientifique.
Exonération de responsabilité                            

Les principes exposés ici le sont à titre d’hypothèses et de théories n’ayant aucun fondement médical
ou scientifique reconnu officiellement.

Santé Canada (Canada) et la Food and Drugs Administration (USA) n’ont pas effectué de recherche
officielle sur la technologie décrite ou sur les appareils dont il est question dans ce site.  Ils ne
peuvent donc émettre une quelconque garantie quant à leur efficacité ou leur sécurité.

Cette technologie et ces appareils ne sont pas exposés ou vendus pour diagnostiquer, traiter, guérir
ou prévenir une maladie. 

Si la maladie est en cause, S.V.P., consulter un expert dûment licencié dans ce domaine :
Votre médecin (M.D.) Traitant.


  Robert C. (Bob) Beck, D.Sc 

1925 - 2002


Traduction libre et abrégée d’un article publié à :
http://www.toolsforhealing.com/CD/Articles/B/BobBeck/BobBeckInfo.html
http://www.sharinghealth.com/researchers/beck.html

Après une carrière bien remplie comme physicien, monsieur Bob Beck a utilisé son génie à la recherche bio-
électrique.  Dans les années 1980, il fit des recherches extensives sur le cerveau et développa un
électroencéphalogramme puissant.  En 1982, il développa un stimulateur électro-cranéal, le Brain Tuner, appelé
BT5.  Son amélioration aboutit au BT6, puis au BT7, toujours distribué par SOTA Instruments.

Bob Beck reçu le prix décerné par la John Fetzer Foundation en 1990 pour son travail sur le cerveau.  Deux livres
comentent son Brain Tuner dans les années 1990 : Mega-Brain power, de Michael Hutchison, et Super Learning
2000, de Sheila Ostrander et Lynn Schroeder.

Ce passage est d'une importance
CAPITALE pour comprendre l'effet
zapper. 

Ces expériences ont été faites
d'après un protocole scientifique
et médical reconnu, dans une
institution de réputation
irréprochable.
Un brevet d'invention a suivi.

Avez-vous beaucoup
entendu parler de cette
"découverte"?



 

Des recherches au collège de médecine Albert Einstein, New York, en 1991, éveillèrent l’intérêt de Bob Beck pour
l’utilisation thérapeutique des microcourants. 

Cette recherche impliquait l’utilisation expérimentale de microcourants dans le sang.  Les microcourants
neutralisèrent le virus VIH… et d’autres pathogènes par la même occasion.
L’annonce de cette recherche fut faite en premier au First International Symposium on Combination
Therapies, le 14 mars 1991 et également dans la revue Science News du 30 mars 1991 :

“ William D. Lyman et ses collègues ont trouvé qu’une exposition à un courant de 50 à 100uA -
comparable à celui produit par un Pacemaker cardiaque - réduit le facteur d’infection du virus du SIDA
(HIV) par 50 à 95%.  Leurs expériences, décrites le 14 mars à Washington, D.C., au “ First Inter-national
Symposium on Combination Therapies ”,  ont démontré que les virus affaiblis ont perdu leur capacité à
produire une enzyme indispensable à leur reproduction, et étaient incapables à forcer les cellules blanches
à s’agglutiner ensemble - deux signes clés de l’infection du virus ”

Les chercheurs ont prédit qu’un appareil produisant des microcourants serait développé pour être implanté, ou
qu’une approche des microcourants par dialyse sera appliquée pendant que le sang circule en dehors du corps.
William Lyman fut aussi interviewé dans un réseau radiophonique Canadien, Quirks and Kwarks, le 30 mars 1991,
sur leurs prometteuses recherches.  Malgré le fait qu’ils avaient trouvé un moyen bon marché de nettoyer le sang,
leur recherche fut abandonnée.  Le droit de brevet américain US Patent #5,188,738, déposé en 1993, est la seule
source d’évidence de leurs recherches.  Telle est actuellement la politique de la santé.


Le génie de Bob Beck trouva un moyen simple d’appliquer ces mêmes microcourants au sang, sans violer l’intégrité
du corps.  Il développa un système ingénieux en plaçant deux électrodes sur l’artère radiale et cubitale, à
l’intérieur du poignet.

Cette “ électrification ” du sang est atteinte par un appareil compact qui peut être porté sur le bras ou dans une
poche , pendant que le micro-courant est appliqué au sang à travers la peau, durant sa circulation dans les
artères.

Avec le temps, Bob Beck ressentit le besoin d’atteindre également la circulation lymphatique avec ces micro-
courants, car la lymphe pouvait cacher des infections virales qui ré-infectaient le sang.  Pour électrifier ces endroits,
Beck conçu un générateur d’impulsions électromagnétiques qui induisait les micro-courants nécessaires dans la
lymphe.

Ses recherches l’avaient aussi amené à se convaincre de l’efficacité de l’argent sous forme ionique et colloïdale. 
Son génie inventif le “ réveilla ” à 04h du matin , avec un moyen simple de fabriquer sa suspension colloîdale : Il
utilisa une batterie de radio-transistor de 9V, la brancha à quelques fils d’argent pur et trempa ces fils dans un
verre d’eau.

Plus tard, son génie inventif se mit encore à l’œuvre pour fabriquer, à partir d’éléments usuels, un ozoniseur d’eau
qui augmentait significativement l’oxygène dans le corps lorsque cette eau était bue, complétant ainsi ses autres
procédures de retour à la santé.

Ainsi s’est bâti ce qu’on appelle aujourd’hui le protocole de Beck :
=   Thérapie par les micro-courants pour nettoyer le sang.
=   Impulsions magnétiques pour électrifier les tissus.
=   Boire de l’eau chargée d’ions d’argent (sous forme colloïdale).
=   Boire de l’eau fraîchement ozonée.

Bob Beck a généreusement donné les plans et moyens de construire ses “ inventions ” par des amateurs
avertis, ne retirant ainsi aucun gain financier de ses découvertes. 

Un appareil appelé quelquefois “ Black Box ” (boîte noire) est vendu par Scada Research sous la dénomination de
RSG2.  C’est un “ purificateur de sang ” et un générateur d’argent colloïdal combiné.
La compagnie SOTA instruments fabrique au Canada plusieurs des appareils mis au point par Mr Bob Beck.

Vous trouverez dans ce site le schéma de ce "purificateur de sang", bâtisé "Stimulateur de croissance végétale",
pour éviter la chasse aux sorcières de la FDA, ,

Ces appareils sont bannis par la FDA américaine et Bob Beck a eu maille à partir avec cette administration, qui
l’avait à l’œil sans arrêt, et ce jusqu’à sa mort, le 23 juin 2002.
 
Zapperwise
L'électronique appliquée au mieux être